LES CRAMÉS DE LA BOBINE

L’avis des Cramés de la Bobine au sujet d’Oncle Boonmee

lundi 1er novembre 2010 par Bruno

Le public de l’Alticiné va pouvoir découvrir cette semaine, grâce à l’association des Cramés de la Bobine, la Palme d’Or du dernier Festival de Cannes. La plus prestigieuse des récompenses du cinéma a été décernée à Oncle Boonmee, Celui qui se souvient de ses vies antérieures d’Apichatpong Weerasethakul, un film à la fois ambitieux, exigeant et à l’écriture d’une folle originalité.

Lorsque le personnage principal, Oncle Boonmee, reçoit la visite des fantômes de sa femme et de son fils, disparus des années plus tôt, il sait que sa fin est proche. Il entreprend alors avec sa famille un long périple vers une colline, qui n’est autre que le lieu de naissance de sa première vie. Qui était-il à l’époque ? Un homme ou une femme ? Un animal ou une plante ?

Ce film exceptionnel et lyrique puise son inspiration dans les contes et les légendes thaïlandais. La culture bouddhiste et la croyance en la réincarnation sont au centre de cette magnifique histoire où les vivants dialoguent avec les morts, où le passé côtoie le présent et où la nature est en osmose avec l’homme. Apichatpong Weerasethakul nous fait entrer dans un univers poétique, personnel et sensuel qui parviendra à toucher un public pourtant a priori peu familier de ce cinéma d’Extrême-Orient.

Lorsqu’en 2004 était sorti l’un de ses précédents film Tropical Malady, plusieurs critiques avaient salué cette fiction consacrée – déjà ! – à la réincarnation, comme l’un des meilleurs films de la décennie. En 2010, Oncle Boonmee fait déjà figure de chef d’œuvre.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 174 / 467228

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Films depuis 2009  Suivre la vie du site Oncle Boonmee   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License