LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Tous les films > La Marcheuse > La Marcheuse

La Marcheuse

Articles de cette rubrique



Fiche
(La Marcheuse)

jeudi 18 février 2016 par Cramés
Film précédentFilm suivant
Week-end Jeunes Réalisateurs 19 et 20 mars 2016

Animé par Alain Riou




Dimanche 20 mars à 20h30

en présence du réalisateur et de l’actrice principale Qiu Lan.
PREMIER LONG MÉTRAGE


Film français (février 2016, 1h20) de Naël Marandin avec Qiu Lan, Yannick Choirat, Louise Chen et Philippe Laudenbach

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Lin Aiyu, clandestine chinoise, se prostitue dans les rues de Belleville. Elle habite avec sa fille adolescente, à qui elle cache son activité. Leur vie bascule lorsqu’un soir, un inconnu, blessé, pénètre brutalement chez elles. Tantôt ravisseur, tantôt prisonnier, l’homme s’impose comme une menace et une chance à saisir….

Article de Georges *** Dossier de presse *** Entretien avec le réalsateur ***Bande annonce *** Horaires


Ce film donne à voir ce que nous voyons mais que nous voulons ignorer et qui est là pourtant, sous nos yeux. (La Marcheuse)

samedi 12 mars 2016 par Georges.J

Lin Aiyu, clandestine chinoise, se prostitue dans les rues de Belleville. Originaire du nord-est de la Chine, cette femme d’une quarantaine d’années habite avec Cerise, sa fille de 14 ans, dans le grand appartement de Kieffer, un vieux monsieur handicapé. Il les héberge en échange de soins journaliers. La vie de Lin Aiyu bascule lorsqu’un soir, Daniel, le jeune voisin d’en face, blessé, pénètre chez elle et la séquestre. Elle est bientôt contrainte de rembourser les dettes de son ravisseur qui se cache dans une pièce vide de l’appartement. Lin Aiyu n’a pas d’autre choix que de se prostituer davantage pour trouver l’argent nécessaire...

Pour son premier film sorti en salle en 3 février 2016, Naël Marandin réalise un thriller dont la trame sociale est la prostitution chinoise à Paris.

Naël Marandin a 35 ans, son parcours est atypique, il sort de science po, il a séjourné en chine, il y a appris le Chinois, il est bénévole dans des associations qui viennent en aide à ces femmes prostituées à Paris, telle Médecin du Monde où il est traducteur depuis plusieurs années.

Naël Marandin est aussi et avant tout un homme de cinéma, il est comédien, scénariste, et réalisateur et la marcheuse est son premier long métrage. Il a choisi un sujet qu’il sait parfaitement documenter, mais il n’a surtout pas fait un documentaire. Il a à dire et sa manière de montrer.

Tout de même, quelqu’un en parle !

A Paris, nous les voyons, ces dames de la quarantaine à Belleville, devant chez Gibert Jeune à Saint Denis, ou encore avenue de Clichy vers le Cinéma des Cinéastes, elles sont habillées modestement, sans ostentation, souvent elles tiennent des grands sacs comme de simples promeneuses ou des mères de famille faisant leurs courses. Souvent, elles se tiennent deux par deux, se donnant le bras, comme si rien n’était plus important que d’être ensemble. Que se passe-t-il dans leur vie et dans leur cœur, à quoi rêvent-elles ? Qui les connaît ? La vie de ces femmes : misère, précarité, violence et persécution. Etre clandestin peut-on se représenter ?

Naël Marandin qui outre les chinois connaît également très bien Belleville a une manière très maitrisée de filmer, soulignons son travail de l’image et de la lumière.

Ensuite son film avec ses ressorts psychologiques, ses sentiments, sa scénarisation de thriller, montre des rapports sociaux durs, de pouvoir et de domination, cette monnaie invisible des transactions humaines. C’est aussi de ça dont il est question dans ce film ambitieux.

Parmi les acteurs de ce film original, signalons en quatre :

Qiu Lan : Lin Aiyu.
Yannick Choirat : Daniel Alvès.
Louise Chen : Cerise.
Philippe Laudenbach : monsieur Kieffer

Et arrêtons nous un instant sur Qiu Lan qui joue Lin, elle a été sélectionnée sur un casting d’une centaine de femmes chinoises. Elle fut danseuse à l’opéra de Pékin, et elle est de chez nous puisqu’elle vit à Montargis.

Enfin, et c’est une chance que la marcheuse clôture nos journées des jeunes réalisateurs, ce film donne à voir ce que nous voyons mais que nous voulons ignorer et qui est là pourtant, sous nos yeux. C’est pour ça que nous aimons le cinéma et que nous aimerons ce film, il donne conscience.



Bande annonce (La Marcheuse)

mardi 16 février 2016 par Cramés


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 188372

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Tous les films  Suivre la vie du site La Marcheuse   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License