LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Tous les films > Après mai > Après mai

Après mai

Articles de cette rubrique


Fiche (Après mai)

dimanche 16 décembre 2012 par Cramés

Film précédent - - - - - - - - - - - -
 : - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - — - - -
Film suivant

Semaine du 11 au 18 décembre 2012

Nominé dans plusieurs festivals

Soirée-débat mardi 18 décembre


Présenté par Françoise
Film français (2h02, novembre 2012) de Olivier Assayas avec Clément Métayer, Lola Creton et Félix Armand

Synopsis Région parisienne, début des années 70.
Jeune lycéen, Gilles est pris dans l’effervescence politique et créatrice de son temps. Comme ses camarades, il est tiraillé entre un engagement radical et des aspirations plus personnelles.
De rencontres amoureuses en découvertes artistiques, qui les conduiront en Italie, puis jusqu’à Londres, Gilles et ses amis vont devoir faire des choix décisifs pour trouver leur place dans une époque tumultueuse.

Bande annonce *** Petite revue du net[ *** Article de Françoise *** Journal des débats}



Petite revue du net (Après mai)

lundi 26 novembre 2012 par Cramés

Aurélien Ferenczi

Après Mai touchera tous ceux et celles qui, un jour ou l’autre, se sont interrogés sur leur engagement dans la société, sur leur vie affective et professionnelle, et leur capacité à en modifier le cours. Sans rire, ça fait beaucoup de monde...

Lire l’article complet




<FONT SIZE=1>Bande-annonce </FONT> (Après mai)

samedi 24 novembre 2012 par Cramés


Comment je suis devenu cinéaste dans les années 70 ? (Après mai)

jeudi 20 décembre 2012 par Françoise

Après mai d’Olivier Assayas ou la biographie fictionnalisée ou L’éducation sentimentale, politique et artistique d’un jeune homme qui devient cinéaste ou Comment je suis devenu cinéaste dans les année 70 ?
Ce film sorti le 14 novembre dernier a suscité un grand intérêt de la part des médias, français voire même internationaux. Cet engouement s’explique peut–être par le fait que la période évoquée est peu vue au cinéma, mis à part "Mourir à 30 ans" de Romain Goupil et les "Amants réguliers" de Philippe Garrel. C’est en tout cas l’occasion pour nous de découvrir un auteur dont l’œuvre (une quinzaine de longs métrages) est diverse et attachante mais assez peu connue.

Olivier Assayas naît à Paris en 1955, d’un père scénariste – écrivain qui lui communique le goût des Lettres et du cinéma, sans compter les possibilités d’assister à de nombreux tournages.

Comme étudiant , il suit les cours de l’École Nationale des Beaux Arts de Paris, puis ceux de Lettres Modernes à la Sorbonne, à cette époque il a deux passions : celle de la peinture et celle de la littérature.

Il débute sa carrière professionnelle en tant que scénariste en 1978 (il a 23 ans) mais aussi dessinateur et graphiste, notamment pour la revue de B.D "Métal hurlant". Puis il s’exerce à la critique cinématographique aux "Cahiers" de 1981 à 1985, et à "Rock and Folk".

C’est en 1986 que débute sa carrière cinématographique avec "Désordre" qui obtient un beau succès et met déjà en scène une jeunesse désœuvrée et incomprise. En 1991 avec "Paris s’éveille" il décroche le prix Jean Vigo, puis en 1994 suite à une commande De Arte, réalise "L’eau froide" que l’on peut considérer comme une ébauche de "Après Mai".

Le milieu des années 90 correspond à la découverte de l’Asie, en particulier de Taïwan, où il rencontre le réalisateur Hou Hsiao Hsien, dont il fait un portrait filmé "HHH" en 1997. Il tourne aussi deux films "Irma Vep" et plus tard "Clean" avec celle qui deviendra sa première épouse, Maggie Cheug, une jeune et renommée actrice hong-kongaise.

En 2000, il tourne "Les destinées sentimentales" d’après le roman de Chardonne, qui est une grosse production et un joli succès, en 2010, c’est la vie du terroriste "Carlos" qu’il met en scène et en 2012 "Après Mai".

Quelles sont les méthodes de travail d’Olivier Assayas ?

Pour mieux comprendre sa manière de filmer, rappelons deux choses ; il n’a jamais suivi ce cours dans une école de cinéma et toute son œuvre est influencée par la peinture. Pour Assayas, la caméra est conçue comme une extension du pinceau, un outil capable de saisir les sens, les couleurs, les lumières, les corps. Il est intéressé par les enjeux plastiques du cinéma. Il donne à ses acteurs une grande liberté, de poses, de déplacements sur le plateau. Pour lui, la mise en scène doit se plier aux exigences du texte et des acteurs.

Les acteurs qui jouent dans "Après Mai".

Assayas a volontairement fait le choix d’acteurs non–professionnels, il voulait des jeunes intéressés par la musique, la peinture, l’Art en général. Ce sont donc des lycéens et étudiants qui tiennent les rôles, dont l’acteur principal (Gilles dans le film qui incarne Assayas) Clément Métayer vient juste d’obtenir son bac Littéraire.

La seul actrice professionnelle, Lola Créton (Christine dans le film) a débuté sa carrière à l’âge de 10 ans et a tourné dans plusieurs longs métrages.
Ce choix de jeunes a eu néanmoins un revers pour la direction d’acteurs, c’est la difficulté de compréhension de ces ados d’aujourd’hui par rapport aux textes et tirades politiques de l’époque !

La genèse du film

Toute l’œuvre d’ Assayas creuse le sillon de sa vie (autobiographie) et de l’Histoire.

Dés son premier film, il met en scène des adolescents et "L’eau froide" tourné en 1994 montre déjà un couple, Gilles et Christine, qui sont mal aimés, qui se cherchent. La nature est très présente, et les protagonistes écoutent, comme dans "Après Mai" du rock autour d’un grand feu. En 2005, dans un livre dédié à Aline Debord (la veuve de Guy Debord le fondateur de "L’Internationale situationniste") "Une adolescence de l’après–mai" » Assayas expose les idées qu’il développe dans son dernier film.

Olivier Assayas a voulu faire un film historique sur la période de sa jeunesse, c’est un film sur la politique et non un film politique.

L’action se situe entre 1971 et 1973, à Paris, en banlieue, agrémentée de quelques voyages (en vogue alors) en Italie et à Londres. Il s’agit du portrait collectif d’une génération qui n’a pas vécu Mai 68 mais qui baigne dans l’atmosphère de Mai. Avec ses musiques anglo–saxonnes, la découverte de l’amour et aussi de l’avortement, de la drogue, de la contre–culture, bref de tout ce qui restera de la révolution espérée et que Olivier Assayas bientôt 58 printemps espère ne pas avoir trahi.