LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Les films que nous avons programmés > Les Chants de Mandrin > Les Chants de Mandrin

Les Chants de Mandrin

Articles de cette rubrique


Les Chants de Mandrin (Les Chants de Mandrin)

jeudi 1er mars 2012 par Cramés

Film précédent - - - - - - - - - - - : - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Film suivant
.

Semaine du 1ier au 6 mars 2012

Prix Jean Vigo 2011, nominé à Montpellier, Locarno et La Roche-sur-Yon en 2011

.

Soirée-débat mardi 6 mars à 20h15

.

PREMIER LONG MÉTRAGE

Film français (1h37, janvier 2012) de Rabah Ameur-Zaïmeche avec Jacques Nolot, Christian Milia-Darmezin, Abel Jafri et Kenji Levan.

Synopsis : Après l’exécution de Louis Mandrin, célèbre hors-la-loi et héros populaire du milieu du XVIIIème siècle, ses compagnons risquent l’aventure d’une nouvelle campagne de contrebande dans les provinces de France. Sous la protection de leurs armes, les contrebandiers organisent aux abords des villages des marchés sauvages où ils vendent tabac, étoffes et produits précieux. Ils écrivent des chants en l’honneur de Mandrin, les impriment et les distribuent aux paysans du royaume...

Article de Jean-Pierre ***Dossier de presse *** Bande annonce
BO France :



Présentation des "Chants de Mandrin" (Les Chants de Mandrin)

mercredi 22 février 2012 par Jean-Pierre

Un peu d’histoire…

Louis Mandrin est né en 1725 à St Etienne de Saint Geoirs dans le Dauphiné (au N. O. de Grenoble) dans une famille d’assez riches marchands. Il devient chef de famille à 17 ans après la mort de son père.
En 1748 la Ferme Générale* refuse de lui payer une prestation de service.
*Ferme Générale : Compagnie de financiers à laquelle était affermée à bail le recouvrement de certains impôts (gabelle, aides, tabac…). Ceux-ci s’engageaient à verser au trésor la somme fixée par le bail, à charge pour eux de percevoir la recette correspondante en se rémunérant sur les excédents. Réformée par Colbert elle compte au 18ème siècle 40 Fermiers Généraux très puissants et très riches dont les 25000 agents sont haïs par la population.

Peu à peu L. Mandrin commet quelques irrégularités commerciales, des clans se forment. En 1753 suite à une bagarre 2 ennemis sont tués, Mandrin et un ami sont condamnés à mort. L’ami est pendu Mandrin est en fuite. Le même jour son frère cadet est pendu pour faux- monnayage. Mandrin déclare alors la guerre aux collecteurs de la Ferme Générale.

Il devient chef de bande (plus de 300 hommes) qui fait la contrebande de tabac, tissus… entre les cantons Suisses, les Etats de Savoie et la France. Il a ses dépôts d’armes et de marchandises en Savoie. Son aire d’influence est grande,Rhône- Alpes, Auvergne, Franche-Comté… Il vend ses produits sur les marchés, aux portes des villes. Ne s’attaquant qu’aux agents des Fermiers Généraux il reçoit le soutien des populations et de certains aristocrates locaux. Cependant les « Mandrins » commettent quelques excès, lors de beuveries ils laissent quelques morts innocents derrière eux. La Ferme Générale demande l’aide du roi pour l’arrêter, des troupes importantes sont envoyées. Mandrin se réfugie en Savoie où il est poursuivi et arrêté illégalement par 500 soldats déguisés en paysans. Le roi Charles Emmanuel III de Sardaigne exige sa restitution mais la Ferme Générale accélère le procès. Jugé le 24 mai 1755 Mandrin est roué vif à Valence le 26 mai devant 6000 personnes.

La légende

L’homme est mort, la légende, le mythe du bandit justicier qui a lutté contre l’injustice de l’Ancien Régime commence. Son nom devient nom commun. Sa légende est portée dans le pays par une chanson, La complainte de Mandrin, et d’autres récits diffusés par les colporteurs sous forme de livrets.

Cette complainte a été par la suite popularisée sous la Commune de Paris, reprise au 20ème s. par Montand, Béart, des groupes de Hard Rock et… Dorothée.

De nombreux livres et études lui ont été consacrés. Dans l’imaginaire collectif il reste le brigand héroïque qui vole les riches en défiant le pouvoir. Un Robin des bois à la française.

La ville de St Étienne de St Geoirs organise tous les 5 ans les Mandrinades, festivités qui lui sont dédiées.



Petite revue du net pour "Les Chants de Mandrin" (Les Chants de Mandrin)

jeudi 9 février 2012 par Cramés

Christophe Kantcheff Enfin, revisiter au cinéma la geste de Mandrin et ses prolongements, épisode de l’histoire de France qui appartient au patrimoine national, est un acte incontestablement ­politique quand le cinéaste répond au beau nom un peu sarrasin de Rabah Ameur-Zaïmeche.

lire l’article complet


Extraits commentés par Rabah Ameur-Zaïmeche "Et nous le filmons, à la manière d’une figure de western. Un desesperado comme le personnage de Marlon Brando dans la Vengeance aux deux visages, un film qu’il a réalisé lui-même et qui fait partie, avec les films de Peckinpah, des westerns que nous avons regardés avant de tourner Les chants de Mandrin."

lire l’article complet


Jean-Luc Lacuve La complainte de Mandrin jouée sur instruments anciens et réorchestrée comme un slam est dite avec force de conviction poétique par Jacques Nolo. Il suffit alors que Bélissard vienne reprendre avec violence : "Du haut de ma potence, je regardais la France" pour que la chanson résonne avec la rage de celui qui voit aujourd’hui l’état d’un pays miné par les valeurs bêtes et bourgeoises...

lire l’article complet




Les Chants de Mandrin (bande annonce) (Les Chants de Mandrin)

jeudi 9 février 2012 par Cramés


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 331427

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les films que nous avons programmés  Suivre la vie du site Les Chants de Mandrin   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License