LES CRAMÉS DE LA BOBINE

Dix sept minutes d’applaudissements

dimanche 25 septembre 2011 par Claude

Présenté en compétition au Festival de Cannes 2011, Pater a reçu 17 minutes d’applaudissements et de standing ovation de la part des spectateurs de la salle Lumière du Palais des Festivals : il avait été nominé 5 fois, pour la Palme d’or, le Grand Prix, le Prix du Jury, le Prix du Jury Oecuménique et le Prix de la Jeunesse.

Le synopsis en est simple : pendant un an ils se sont vus et ils se sont filmés. Le cinéaste et le comédien, le président et son 1er ministre, Alain Cavalier et Vincent Lindon. Dans "Pater", vous les verrez à la fois dans la vie et dans une fiction inventée ensemble.

Lorsque le père de "Thérèse" et Vincent Lindon se sont rencontrés il y a 10 ans, l’acteur avait fait savoir au réalisateur qu’il rêvait de tourner avec lui. Ce rêve s’est exaucé lorsque le cinéaste lui a fait part de sa volonté de travailler avec lui, sans avoir forcément une idée de scénario. Ce tournage a été peu conventionnel pour Vincent Lindon, puisqu’Alain Cavalier lui a laissé "tenir" la caméra par moments. Alain Cavalier a avoué, lors de la conférence de presse du film à Cannes, avoir eu beaucoup de pères dans sa vie : il a été élevé chez des prêtres, appelés "Mon Père", pour qui Dieu était le père tout-puissant. Et bien sûr, il y a eu son propre père, très sévère avec lui. C’est pourquoi il a voulu traiter de la complexité de la relation filiale, avec Vincent Lindon, qu’il considère comme son fils à la fois dans le film et dans la réalité. L’acteur, qui joue actuellement dans La Permission de minuit et le dernier film de Philippe Lioret, "Toutes nos envies", avoue avoir toujours rêvé de faire de la politique : "Si on me donne la direction d’un pays, je la prends ! Même si ce n’est pas la France !" a-t-il plaisanté lors de la conférence de presse à Cannes.

Vincent Lindon réfute la dichotomie trop souvent établie entre film "grand public" et film d’art et essai, surtout pour un cinéaste aussi exigeant et apparemment austère que l’auteur d’"Irène" et de "L’Insoumis" : "hier, au moment de la projection, les gens s’attendaient à voir un ovni. Aujourd’hui on confond bizarre avec chiant, mais c’est un raccourci. Personne ne s’attendait à voir une comédie. Au bout de 30 secondes, j’ai entendu un rire dans la salle, puis deux et même des applaudissements comme si les gens voulaient nous dire "Ah, enfin vous arrivez !" Donc ça peut avoir un écho très grand public : c’est ça qui est formidable avec le cinéma : et le prix est le même ! "


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 72 / 188372

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Tous les films  Suivre la vie du site Pater   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License