LES CRAMÉS DE LA BOBINE

Le monde réel est parfois plus dramatiques que le cinéma

vendredi 9 juin 2017 par Laurence

Adieu Mandalay est le quatrième long-métrage de Midi Z. Ce jeune réalisateur né en 1982 trace le portrait de son pays d’origine, la Birmanie, à travers ses films. L’émigration de masse avec Return to Burma] en 2011, la toxicomanie avec Ice Poison qui représentait Taïwan pour l’Oscar du Meilleur Film Etranger en 2014 et les exploitations minières clandestines avec le documentaire City of jade en 2016. Adieu Mandalay a été sélectionné et primé dans de nombreux festivals.

Pour les Birmans, la Thaïlande apparaît comme un Eldorado. Evidemment, il n’en est rien. Le frère et la sœur du réalisateur ont eux-mêmes émigré en Thaïlande et aidé ainsi la famille restée en Birmanie. C’est grâce à eux que Midi Z a pu faire des études de cinéma à Taïwan. Quand il est passé les saluer à Bangkok, il a vu et compris les difficultés matérielles et les souffrances morales de ces déracinés.

Selon Midi Z, pour les Birmans, « l’’histoire d’Adieu Mandalay est d’une totale banalité. Les histoires vraies du monde réel sont parfois plus dramatiques que les films, bien plus cruelles, bien plus violentes ».